Les bonnes pratiques pour éco-concevoir un site web

Bonnes pratiques éco-conception web

Rappel sur l’éco-conception web

L’éco-conception web est une approche visant à minimiser l’impact environnemental d’un site web tout au long de son cycle de vie, depuis sa création jusqu’à son utilisation. Pour ce faire, des mesures telles que le choix d’un hébergeur respectueux de l’environnement, un design simple, ou encore la compression des images, peuvent être prises en considération.

Et la bonne nouvelle, c’est que c’est aussi possible avec WordPress (que vous utilisez peut-être). J’ai traité ce sujet éco-conception/WordPress dans cet article.

Comment est-ce possible qu’un site web pollue ?

Bonne question, et cela tombe bien puisque j’en ai fait aussi un article dédié, que je vous laisse lire ici. Et oui, on a déjà traité de beaucoup de ces sujets sur le blog 🙂 

Les bonnes pratiques à mettre en place

Choisir un hébergeur vert

Il reste difficile de maîtriser l’empreinte d’un site (car l’impact ne vient pas que du site en lui-même mais aussi des équipements de consultation, de la source d’énergie, etc…). Mais s’il y a bien une action qui peut faire la différence, c’est bien le choix d’un hébergeur écologique. C’est d’autant plus important quand on sait que votre site web va rester actif 24h/24. Plusieurs hébergeurs se sont spécialisés dans l’hébergement vert, en mettant en avant différents engagements écologiques, comme le choix d’une électricité issue d’énergies renouvelables, l’achat de matériels informatiques ultra économes et performants, l’incitation au télétravail pour leurs employés, etc…
J’en ai fait un article dédié, qui liste les principaux hébergeurs et leurs engagements.

Faire le tri des fonctionnalités

On adore proposer différentes fonctionnalités sur son site web : des cartes Google Maps, des formulaires de contact, des lecteurs en tous genres. Mais peu sont finalement réellement utiles. C’est pourquoi il est important d’analyser le comportement de vos visiteurs et de vérifier si certaines fonctionnalités sont toujours pertinentes ou non.
Dans le cas d’un site WordPress, il est important également de faire le tri dans les extensions. Il y a des extensions pour tout et rien, alors n’hésitez pas à faire un ménage de temps en temps. Ce sera bon pour votre site, et pour la planète !

Opter pour des contenus légers

Cela veut évidemment dire de compresser ses images ou ses vidéos. Mais c’est aussi une réflexion qui vise à utiliser du contenu relativement simple et léger (textes, illustrations, icônes), plutôt que des contenus plus lourds (vidéos, carrousels, carte interactive, sections animées). 
L’idée est d’avoir un design épuré, mais pas moche ! Et d’ailleurs, bien réfléchir à la construction de vos pages, c’est aussi une excellente manière de soigner la compatibilité responsive de votre site. 

Limiter les appels externes (requêtes)

Un site web ne fonctionne pas « tout seul ». Il est souvent relié à différents services externes. Il peut être relié à Google Analytics par exemple pour mesurer les visites, ou à Google Maps si vous souhaitez afficher une carte interactive. Et cela va donc engendrer des aller-retour vers ces serveurs externes. Et évidemment, plus vous sollicitez de serveurs, plus l’impact environnemental sera important. Veillez donc à limiter les échanges avec des outils externes : cela revient bien souvent à se poser la question des fonctionnalités, point que l’on a évoqué un peu plus haut.

Faire attention aux polices d’écritures

Car cela peut avoir un impact non-négligeable sur les performances de vos pages web et l’empreinte de votre site. Il faut être vigilant à deux choses. Premièrement, il peut être intéressant d’héberger les polices directement sur votre serveur, plutôt que de les laisser se charger sur des serveurs externes (notamment dans le cas des Google Fonts). Cela va limiter les appels externes dont on vient de discuter juste avant. Et deuxièmement, dans la mesure du possible, évitez de mélanger les polices d’écritures : plus vous utiliserez de polices différentes, plus les performances du site (et son empreinte) seront impactées. Préférez plutôt jouer avec le gras ou l’italique d’une seule et même police.

Optimiser techniquement le site

On entre dans une dernière liste de conseils assez techniques, puisqu’il s’agit entre autres d’utiliser la mise en cache, la minification, un CDN. Ce sont des actions excellentes à mettre en place pour améliorer le temps de chargement et diminuer le nombre de requêtes http par exemple, mais ce sont donc aussi des excellentes techniques d’éco-conception web pour réduire l’impact de son site. 

Et ensuite, tester votre site

Optimiser son site, c’est bien. Mesurer son impact environnemental et surtout sa progression, c’est encore mieux ! Et pour cela, vous pouvez vous tourner vers des outils comme :

  • Ecoindex : une bonne manière d’avoir un aperçu de l’impact de son site sur l’environnement, notamment en termes de ressources en eau consommées et d’émissions CO2. A l’heure où j’écris ces lignes, l’outil ne renvoie toujours pas de résultats fiables, mais cela devrait être corrigé.
  • Ecometer : une alternative intéressante, bien qu’en anglais, qui balaie les 115 bonnes pratiques pour créer un site éco-conçu. 

Et si vous avez besoin d’aide pour mettre en œuvre tous ces conseils sur votre site internet, n’hésitez pas à me contacter, je serai ravi de vous accompagner ! 

Je peux vous dans votre projet web !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller au contenu principal